Les Discours Anti-Vente Pyramidale : les Mythes et les Faits

eau ionisée

 

LE MYTHE :
Les sociétés de vente directe, de Marketing Multi Niveaux (MLM), encore appelés régimes d’Affiliation,   seraient des systèmes de vente pyramidale !

LES FAITS :
ll existe un certain nombre de différences importantes entre les sociétés de vente directe et les systèmes pyramidaux.
Les Entreprises de vente directe offrent des protections et des garanties à ceux qui interagissent avec eux afin que leurs vendeurs et clients puissent être confiants qu’ils sont protégés.

vente pyramidale

De plus, les sociétés membres de la Direct Selling Association (DSA) adhèrent à un ensemble de normes rigoureuses dans le cadre de son code d’éthique, y compris les exigences que les sociétés membres achètent
sauvegarder l’inventaire inutilisé à au moins 90% du coût net d’origine.
Les mauvais acteurs du marché se font parfois passer pour des vendeurs directs, nuisant aux consommateurs et aux légitimes sociétés de vente directe.
Les systèmes pyramidaux sont illégaux et devraient être poursuivis dans toute la mesure du possible.
À l’heure actuelle en Droit, il n’y a pas de définition légale d’un système pyramidal. Pour cette raison, la Direct Selling Association (DSA) soutient une législation qui codifie une jurisprudence depuis longtemps comprise.

LE MYTHE : les vendeurs directs doivent acheter eux-mêmes des stocks pour commencer à vendre.

LES FAITS :
De nombreuses sociétés de vente directe permettent à des consultants indépendants de prendre les commandes des clients sans les obliger à acheter eux-mêmes des stocks.
Typiquement, des consultants indépendants décident également d’acheter des produits pour leur propre usage car ils aiment ce offerts ou veulent se familiariser avec diverses gammes de produits et services.
Alors que certaines personnes en vente directe peuvent acheter des stocks pour vendre, les membres de la DSA respectent un code de Éthique avec des dispositions clés qui protègent les vendeurs directs contre les pertes financières. En revanche, les mauvais acteurs peuvent
s’engager dans la pratique du chargement des stocks – où les individus sont convaincus d’acheter de grandes quantités des produits ou services qui ne peuvent pas être facilement vendus à d’autres ou retournés. Cette pratique est contraire à l’éthique et nuit aux vendeurs directs. C’est également un signe avant-coureur d’un schéma pyramidal.
Pour lutter contre cette pratique commerciale contraire à l’éthique, qui nuit aux consommateurs et aux personnes impliquées dans la vente directe
l’industrie, la DSA est fière de soutenir la législation qui fournit des directives à la FTC pour poursuivre toute société de vente qui ne met pas en place une telle politique. Bien que cette disposition soit déjà obligatoire pour tous les DSA, cette loi est une étape sans précédent pour garantir que cette protection critique des consommateurs prenne place dans cette industrie.

LE MYTHE:
Le modèle de vente directe implique des risques financiers élevés pour les personnes impliquées.

LES FAITS :
L’une des nombreuses raisons pour lesquelles la vente directe est attrayante est son faible coût d’entrée et son faible risque financier. Bien que le coût moyen d’entrée en vente directe soit de 100€, le coût pour d’autres types de consultants indépendants dans d’autres secteurs, comme les agents immobiliers et les franchisés de restaurants, est de 1 000 € à plus de 100 000€.

LE MYTHE: La vente directe ne profite pas aux populations vulnérables, comme certaines communautés.

LES FAITS:
Ce n’est tout simplement pas vrai. Les Hispano-Américains représentent 22% des quelque 20,5 millions de personnes impliqués dans la vente directe, et pour qui la vente directe représente un point d’entrée clé pour rejoindre les rangs des propriétaires d’entreprises latino-américaines. Malheureusement, il y a de mauvais acteurs sur le marché qui parfois se font passer pour des sociétés de vente directe et ciblent les populations vulnérables. C’est pourquoi il est essentiel que des garanties sont mises en place pour éduquer les consommateurs et les vendeurs et pour se prémunir contre les systèmes pyramidaux.
Pour cette raison, la DSA soutient la législation qui protège la sécurité financière de tous les Européens en définissant clairement la différence entre une entreprise de vente directe et un système pyramidal.

LE MYTHE: La principale raison pour laquelle les gens s’impliquent dans la vente directe est de gagner un revenu important.

LES FAITS:
Les vendeurs directs s’impliquent et restent dans l’entreprise pour une grande variété de raisons.
Celles-ci incluent la possibilité d’acheter des produits et des services qu’ils aiment à un prix réduit, la flexibilité et la vie professionnelle
l’équilibre, ou la possibilité entrepreneuriale de gagner un revenu supplémentaire, entre autres. Pour la plupart des personnes impliquées dans la vente directe, les revenus qu’ils gagnent ne sont pas leur revenu principal mais une manière d’obtenir des vacances en famille, des cadeaux pour les vacances ou tout simplement des dépenses supplémentaires. En fait, la plupart des entrepreneurs indépendants ne travaillent qu’à temps partiel dans la vente directe et beaucoup ont d’autres emplois.


LE MYTHE: La majorité des personnes impliquées dans la vente directe ne réalisent aucun profit.

LES FAITS:
Les personnes impliquées dans la vente directe sont motivées et peuvent être intéressés par la flexibilité offerte par la vente directe, ou chercher à compléter leur le revenu. Une majorité n’utilise pas la vente directe comme principale source de revenus. Au lieu de cela, ils cherchent à utiliser le
revenu supplémentaire qu’ils gagnent de la vente directe pour des vacances en famille, des cadeaux pour les vacances ou tout simplement
dépenser de l’argent en extra. En fait, la plupart des entrepreneurs indépendants ne travaillent qu’à temps partiel dans la vente directe, et beaucoup ont autres emplois.


LE MYTHE: Législation définissant les systèmes pyramidaux et précisant que l’utilisation personnelle des produits est légitime affaiblira la capacité du gouvernement à poursuivre les stratagèmes pyramidaux.

LES FAITS:
La loi sur le système de promotion anti-pyramide ne modifie en rien la politique actuelle de la FTC, autorité d’application contre les pyramides illégales. En fait, la législation définirait une pyramide
pour la première fois dans la loi fédérale, donnant la clarté nécessaire à tous ceux qui sont impliqués dans l’industrie de la vente directe.

En outre, cela renforcera la capacité de la FTC à poursuivre les mauvais acteurs en interdisant formellement le non-éthique
pratique du chargement des stocks, où les individus sont convaincus d’acheter de grandes quantités de produits ou de services
qui ne peuvent pas être facilement vendus à d’autres ou retournés.
Aucune des dispositions clés de ce langage législatif n’est trop compliquée. Il dit simplement qu’une pyramide existe lorsque la rémunération est basée principalement sur le recrutement plutôt que sur les ventes au détail, et
l’utilisation personnelle est une pratique commerciale légitime dans la vente directe.
Les cinquante États Américains ont codifié des lois interdisant les systèmes pyramidaux, et de nombreuses décisions de justice ont même définit un régime proposé au niveau fédéral. Cette mesure en faveur des consommateurs étend la protection des consommateurs et la vente directe de consultants indépendants au niveau fédéral comme prochaine étape naturelle.


LE MYTHE: l’accord de règlement entre Herbalife et la FTC sert de guide pour l’ensemble de la vente directe industrielle.

LES FAITS :
L’accord de règlement de l’enquête de la FTC sur Herbalife ne s’applique qu’à cette société.
Cependant, cela renforce l’importance des principes et des exigences de l’auto-réglementation de l’AVD.
Code d’éthique pour tous les membres de l’AVD. Semblable à l’action d’Amway auprès de la FTC en 1979, les recours dans l’affaire Herbalife, ne s’appliquent qu’à cette entreprise et non à l’ensemble de l’industrie. Bien que ce règlement nous donne un aperçu de la réflexion de la FTC concernant les pratiques commerciales associées à la vente directe, c’est une erreur d’appliquer des faits et des recours spécifiques à une entreprise à une industrie entière.

Néanmoins, nous continuons à examiner le règlement et à examiner diverses questions soulevées par le règlement avec Herbalife.

 

Traduit et adapté par Christallina

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.