Pourquoi la Concentration d’Hydrogène dans Votre Eau est Importante


0minutes de lecture

0  comments


.
Pourquoi la Concentration d’Hydrogène dans Votre Eau est Importante !

.
Alex Tarnava
.

Alors que la popularité de l’eau à l’hydrogène se répand, de plus en plus d’entreprises apparaissent et prétendent fournir de « l’hydrogène thérapeutique », avec les avantages qui en découlent.
La plupart de ces entreprises n’ont appuyé aucune recherche, et le dosage ainsi que la concentration fournis sont souvent inférieurs au seuil thérapeutique minimal observé ou tournent autour de celui-ci. Nombre de ces produits n’indiquent pas avec précision, voire pas du tout, la concentration et la dose d’hydrogène que les consommateurs vont ingérer. Certains de ces produits ne contiennent ou ne délivrent pas d’hydrogène gazeux en raison d’un emballage ou de procédés qui se dégradent rapidement.

Cette commercialisation frauduleuse a conduit le département japonais de protection des consommateurs à déclarer que 17 des 19 produits à base d’eau hydrogénée testés sur le marché japonais ne contenaient pas d’hydrogène dissous ouconcentration d'Hydrogène dans l'eau étaient inférieurs au seuil thérapeutique minimal.

Il est également inquiétant de constater que de nombreux partisans des technologies qui fournissent de faibles concentrations d’hydrogène dissous affirment avec précision, mais de manière trompeuse, que la majorité des recherches ont été effectuées à l’aide de technologies produisant environ 1 ppm et jusqu’à 0,5 ppm d’eau hydrogénée. Ce qui est trompeur dans cette affirmation, c’est que la majorité des recherches ont été menées sur des souris. L’hydrogénothérapie modifie la signalisation cellulaire lorsque les concentrations cellulaires d’hydrogène sont suffisamment élevées lors d’expositions intermittentes. Dans la majorité des essais cliniques, les souris ont tendance à consommer plus de 10 fois plus d’eau que celle administrée aux humains. Nous pouvons parvenir à cette estimation approximative en considérant qu’une souris de 25 g consomme environ 4 ml d’eau par jour. La personne moyenne en Amérique du Nord pèse un peu plus de 80 kg. Par conséquent, la taille d’une personne moyenne correspond à 3 200 fois celle d’une souris. Cependant, la consommation d’eau recommandée pour une personne moyenne n’est que de 3,2 litres par jour (2,7 litres pour les femmes, 3,7 litres pour les hommes). En tenant compte du poids, l’équivalent pour la souris serait de 12,8 litres, ce qui signifie que les souris boivent quatre fois plus que les humains. Si l’on considère que les essais sur l’homme n’ont pas utilisé une dose ad libitum d’eau hydrogénée, c’est-à-dire à volonté, mais une quantité déterminée – généralement entre 500 ml et 1 l, les chiffres sont encore plus faussés. Une souris recevant la même concentration de H2 qu’un être humain ad libitum recevra environ 12,8 fois la dose thérapeutique d’un être humain ayant reçu l’ordre de boire 1 L p/jour.

concentration H2 concentration H2 concentration H2

Une autre variable potentielle est qu’il faut généralement des doses plus importantes de molécules pour agir chez la souris que chez l’homme, une conversion standard étant environ 12 fois plus nécessaire chez la souris. Cela dit, comme l’hydrogène moléculaire ne semble pas agir dans le même sens pharmacologique que la plupart des molécules, les concentrations cellulaires étant probablement la clé, cette conversion peut être non pertinente ou inexacte. Des recherches supplémentaires sont nécessaires pour aborder cette question. Si l’on ne tient pas compte de ce facteur et que l’on convertit en un rapport 1:1, les dosages sont beaucoup plus élevés que ceux reçus par les souris que par les humains.

L’hydrogène (H2) est une molécule fascinante. Elle a non seulement joué un rôle essentiel dans l’évolution de toute vie, mais aussi de la planète et de l’univers.

Nous connaissons l’importance de l’hydrogène moléculaire pour la vie telle que nous la connaissons depuis très longtemps, mais ce n’est que récemment que nous avons découvert à quel point il est essentiel pour notre santé.

L’hydrogène joue un rôle clé dans le métabolisme des cellules de notre corps, du cœur au foie en passant par les muscles de nos mollets.

L’hydrogène peut augmenter l’énergie, ralentir le processus de vieillissement et améliorer la récupération musculaire après une séance d’entraînement. On peut considérer l’hydrogène comme une sorte de « superviseur » dans nos cellules, qui veille à ce que tout se passe bien.
Comme tout bon superviseur, le rôle de l’hydrogène est le plus important lorsque des difficultés surviennent, comme un stress externe.

L’hydrogène dissous dans l’eau est la voie la plus efficace pour promouvoir les avantages pour la santé.

C’est pourquoi l’eau à l’hydrogène gagne en popularité.

* L’hydrogène fonctionne en fonction de la dose et de la concentration, les doses les plus faibles étant généralement totalement inefficaces.

Il n’est pas surprenant que des entreprises sortent de l’ombre et prétendent que leur produit fournit de « l’hydrogène thérapeutique » avec les avantages qui en découlent.

Malheureusement, ces entreprises commercialisent des produits mal emballés et n’indiquent pas avec précision la concentration d’hydrogène.

En général, les concentrations qu’elles délivrent sont bien inférieures à ce que la recherche suggère comme étant thérapeutique…

Les entreprises qui pratiquent un marketing frauduleux autour des allégations relatives à l’eau à l’hydrogène ont amené le service japonais de la consommation à déclarer que 17 des 19 produits à l’hydrogène testés sur le marché japonais ne contenaient pas d’hydrogène dissous ou étaient inférieurs au seuil thérapeutique minimum.

 

De l’hydrogène moléculaire « thérapeutique » ?

Alors que la popularité de l’eau à l’hydrogène se répand, de plus en plus d’entreprises apparaissent et prétendent fournir de l' »hydrogène thérapeutique », avec les avantages qui en découlent. La plupart de ces entreprises n’ont appuyé aucune recherche, et le dosage ainsi que la concentration fournis sont souvent inférieurs au seuil thérapeutique minimal observé ou tournent autour de celui-ci. Nombre de ces produits n’indiquent pas avec précision, voire pas du tout, la concentration et la dose d’hydrogène que les consommateurs vont ingérer. Certains de ces produits ne contiennent ou ne délivrent pas d’hydrogène gazeux en raison d’un emballage ou de procédés qui se dégradent rapidement.

 

Des résultats trompeurs

Il est également inquiétant de constater que de nombreux partisans des technologies qui délivrent de faibles concentrations d’hydrogène dissous affirment avec précision, mais de manière trompeuse, que la majorité des recherches ont été effectuées à l’aide de technologies produisant environ 1 ppm et jusqu’à 0,5 ppm d’eau hydrogénée.

 

Avant de conclure, voyons deux exemples :

 

Maladie du foie gras non alcoolique (NAFLD)

Dans cette étude sur un modèle de souris de la stéatose hépatique non alcoolique (NAFLD), 0,8 ppm était efficace alors que 0,3 ppm ne l’était pas. Cette étude a été réalisée après qu’une étude initiale utilisant de l’eau alcaline électrolysée avec un pH élevé, un ORP de -495 et une concentration de 0,2 ppm se soit avérée inefficace. De nombreux spécialistes du marketing voudraient vous faire croire que 0,8 ppm d’eau hydrogénée sera efficace pour les humains dans ce modèle, mais aucune preuve actuelle ne soutient cette affirmation. Par exemple, le modèle de la souris suggère qu’un humain buvant 1 litre d’eau par jour, comme c’est généralement le cas dans la recherche clinique sur l’eau hydrogénée, n’obtiendrait aucun avantage thérapeutique avec 3,84 mg d’H2 ; ou 3,84 ppm d’eau hydrogénée pour une consommation d’un litre. Les avantages observés ne l’ont été qu’à des doses comparatives de 10,24 mg d’hydrogène dissous dans l’eau pour un humain.

Dans l’étude pilote sur la NAFLD, un fort bénéfice a été observé dans une étude randomisée en double aveugle contrôlée par placebo et de type croisé. Le dosage ? L’eau a été testée à 6 mg/L avec un dosage de 1L, mais les méthodes de chromatographie en phase gazeuse sont assez sujettes à des pertes, en particulier avec des nanobulles quasi-dissoutes. Nos propres données suggèrent que les comprimés étaient aux alentours de 10 ppm, soit un dosage de 10 mg, et les récents rapports de chromatographie en phase gazeuse que nous avons fait réaliser par une tierce partie sont beaucoup plus proches de ce chiffre. En gardant ces données à l’esprit, si nous devons extrapoler à partir de la recherche sur les animaux, pratiquement aucune autre technologie n’est capable de délivrer même les niveaux que nous savons ne pas être efficaces chez les souris dans 1 L (3,84 mg une fois ajustés pour les humains), et seule notre technologie est capable de délivrer la concentration comparative trouvée efficace. En outre, la plupart des technologies ne peuvent même pas atteindre ce seuil de « non efficacité démontrée » lorsqu’elles sont dosées à 3,2 L/jour, soit une dose de 1,2 ppm d’eau hydrogénée pour toute la consommation d’eau quotidienne.
Cela n’a pas empêché de nombreux représentants de sociétés de promouvoir des technologies, souvent inférieures à 0,5 ppm, en invoquant les avantages de cette étude sur la NAFLD.

Déficit cognitif léger et maladie d’Alzheimer

Les premières recherches animales sur les modèles de la maladie d’Alzheimer chez les rongeurs ont utilisé une solution saline riche en hydrogène, dont les protocoles de dosage sont pour l’instant moins bien établis dans la recherche sur l’hydrogène, et il n’existe aucun résumé comparatif connu des dosages nécessaires pour obtenir des augmentations similaires de l’hydrogène cellulaire par rapport à l’inhalation ou à la consommation d’eau hydrogénée. Une publication a étudié simultanément les effets chez la souris et chez l’homme, mais, fait assez frustrant, les concentrations et les dosages administrés étaient radicalement différents, les souris recevant potentiellement une concentration beaucoup plus élevée d’hydrogène dissous dans l’eau.

Le groupe humain a obtenu des résultats modestes, uniquement chez les personnes présentant l’allèle APOE4. On leur a donné 500 ml d’eau avec 1,2 ppm dissous à consommer par jour, et une consommation moyenne estimée à seulement 300 ml p/participant. En supposant que les 300 ml ont été consommés immédiatement avant que la dissipation de l’hydrogène n’abaisse les niveaux de dissolution, le participant moyen n’a consommé que 0,36 mg d’hydrogène p/jour. Ce chiffre est inférieur à la dose de 0,5 mg pour un volume maximal de 1 L p/jour que l’International Hydrogen Standards Association a déclaré être la dose thérapeutique minimale observée.

Les souris, qui ont connu une amélioration significative des fonctions cognitives et de la mémoire, une diminution du stress oxydatif dans le cerveau, des lésions de l’ADN, une récupération de la neurodégénérescence et une augmentation significative de la durée de vie moyenne (mais pas maximale), ont commencé à boire de l’eau à l’hydrogène soit à l’âge d’un mois, en continuant jusqu’à 18 mois, soit en commençant à un stade plus tardif de 8 mois et en continuant jusqu’à 18 mois, pour simuler un protocole d’âge moyen. Le dosage comparatif ? L’article suggère que les souris consommaient de l’eau hydrogénée super-saturée préparée à 0,4 mpa ou 58 psi ! Si on les laisse atteindre un équilibre, cela se traduirait par environ 6 ppm d’eau hydrogénée, administrée ad libitum, ou un dosage comparatif de 76,8 mg d’H2 contre 0,36 mg : Une différence de 213x. En regardant de plus près une autre étude utilisant les mêmes méthodes, les concentrations de gaz rapportées étaient au minimum de 1,2 ppm et au maximum de 1,6 ppm. Avec un remplacement peu fréquent de l’eau hydrogénée, deux fois par jour seulement (méthodes non spécifiées), le dosage à l’échelle avec demi-vie serait encore d’environ 2,52 à 3,36 mg en conversion comparative, ou plus de 6,75 à 9 fois le dosage comparatif que les participants humains ont reçu.

En raison des résultats « plus solides » d’une étude humaine utilisant l’inhalation sur la maladie d’Alzheimer, de nombreux colporteurs d’unités d’inhalation déclarent que le gaz est plus efficace pour les modèles neurodégénératifs que la consommation d’eau. Sans tenir compte du fait que le modèle en question comporte des variables confusionnelles, à savoir 1) un état pathologique plus avancé et 2) le carbonate de lithium a également été administré en même temps que l’hydrogène, ce qui en soi peut avoir des avantages potentiels en matière de protection contre la maladie d’Alzheimer (bien que l’ensemble des preuves ne le soutiennent pas encore, avec des résultats mitigés). Les données montrent clairement que le lithium seul n’a eu aucun effet, alors que l’inhalation d’hydrogène seule en a eu. Cependant, l’hydrogène s’est révélé capable de réduire les doses d’autres médicaments par le passé. En outre, il n’y a pas eu de période d’élimination, et l’étude correspondait davantage à une série de cas d’observation. Le fait que le dosage relatif était beaucoup plus élevé et que l’échantillon était plus petit (n=11 contre n=73) complique encore la situation.

L’étude sur l’inhalation cite une concentration d’hydrogène gazeux de 3 % pour deux séances d’une heure p/jour, sans préciser de débit, mais en faisant référence à une autre étude utilisant le même dispositif. Cette étude ne précise pas non plus de débit, mais indique que le gaz est délivré par un masque facial sans réinspiration. L’adulte moyen inspire 5 à 8 L p/minute au repos, donc à 6,5 L p/minute, 3 % d’hydrogène pendant 120 minutes p/jour, les participants ont inhalé un total de 23,4 L d’hydrogène gazeux. En réduisant par un facteur de 100* pour tenir compte de l’impact entre les méthodes, cela équivaut à 234 ml d’hydrogène dissous dans l’eau par jour, ou 16,47 mg d’H2 dans une comparaison directe avec l’eau – une dose comparative de 45,74x plus que ce qui a été utilisé dans l’étude sur les troubles cognitifs légers.

*La seule comparaison publiée montre que l’H2 dissous dans l’eau a un effet similaire et peut-être même plus important que le gaz inhalé, à 1/100e de la dose. Cette conversion est limitée par le manque de données et la rareté des études et analyses comparatives directes. La conversion exacte est probablement différente pour différentes cibles, les doses comparatives étant affectées par les concentrations.

 

Ce qu’il faut retenir

 

Concentration H2Nous avons encore besoin de beaucoup de recherches pour savoir si l’hydrogène fonctionne pour les modèles évoqués ci-dessus (et bien d’autres) et quelle dose est efficace. Les comparaisons directes entre les études animales et humaines doivent tenir compte des dosages relatifs, tout comme les comparaisons entre les différentes méthodes d’administration. Lors de l’évaluation des modèles animaux, il faut tenir compte des conversions. Lors de l’examen des allégations des fabricants, les conversions en efficacité doivent être prises en compte.

.
Pour les consommateurs qui ne sont pas disposés à attendre l’émergence de meilleures tendances, les données recueillies jusqu’à présent suggèrent que des dosages et des concentrations plus élevés d’hydrogène s’accompagnent de plus grands avantages.

 

Alex Tarnava

Alex Tarnava dirige le programme de sensibilisation clinique de son entreprise et travaille avec plus d’une douzaine d’universités pour coordonner la recherche. Alex a également publié ses propres recherches. Alex a accepté que nous partagions ses connaissances ici.

 

Sources

¹ http://web.jhu.edu/animalcare/procedures/mouse.html

² https://en.wikipedia.org/wiki/Human_body_weight#Average_weight_around_the_world

³ https://www.mayoclinic.org/healthy-lifestyle/nutrition-and-healthy-eating/in-depth/water/art-20044256

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4804402/

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/30982748

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/20171955

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pubmed/21238541

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5872374/

https://www.intechopen.com/books/alzheimer-s-disease-the-21st-century-challenge/lithium-and-alzheimer-s-disease-experimental-epidemiological-and-clinical-findings

¹ https://journals.plos.org/plosone/article?id=10.1371/journal.pone.0184535

¹¹ https://www.nature.com/articles/s41598-017-18537-x

¹² https://www.strokejournal.org/article/S1052-3057(17)30294-X/fulltext

¹³ https://en.wikipedia.org/wiki/Respiratory_minute_volume

¹ https://health.howstuffworks.com/human-body/systems/respiratory/question98.htm

¹ https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC4610055/

Assurer vous d’avoir de l’eau filtrée ionisée correctement concentrée en Hydrogène dans votre maison – n’attendez pas !

 

 

En Savoir Plus
Comparatif des Systèmes d’eau

 


    Vous pouvez aussi aimer

Restez Informé !

Recevez un email quand nous publions un nouvel article

 

Visitez la Boutique

google-site-verification: google15a36f0b7204ca56.html ------------------ app.satismeter cloudflare -------- ------------------------------
>
error: Alert: Ce contenu est protégé !!
20 Partages
Partagez20
Partagez