L’eau ionisée remplace-t-elle les antioxydants des jus de fruits et de légumes ?

Par Tyler LeBaron, Professor of Physiology, Brigham Young University–Idaho,  CEO/ President AquaSciences – Molecular Hydrogen Institute
http://www.molecularhydrogeninstitute.com/
Traduction Avi Labi

Beaucoup de personnes se demandent quelles sont les différences entre l’hydrogène moléculaire et les antioxydants présents dans les fruits et les légumes.

Cette question est un peu difficile parce que vous ne pouvez pas vraiment les comparer directement entre eux. C’est en effet un peu plus compliqué que cela. Vous ne pouvez pas éliminer l’hydrogène moléculaire et vous attendre à obtenir les mêmes avantages des seuls antioxydants contenus dans les aliments, et vous ne pouvez pas non plus simplement ingérer de l’hydrogène moléculaire et obtenir les avantages des antioxydants présents dans les aliments.

Certains des antioxydants contenus dans les aliments sont des nutriments essentiels[1], comme la vitamine C[2]. Cet antioxydant fait plus que neutraliser les radicaux libres[3]. Il joue également un rôle important dans de nombreux domaines comme la synthèse du collagène par exemple[4]. Nous ne devons pas tomber dans le piège de penser que la consommation de X quantité d’hydrogène moléculaire est équivalente à la consommation de X quantité d’aliments riches en antioxydants.

Qu’est-ce qui élimine le plus de radicaux libres : la vitamine C ou l’hydrogène moléculaire?

Sur la base de la stoechiométrie, une molécule de la vitamine C peut neutraliser théoriquement deux radicaux libres, ce qui est aussi le cas de l’hydrogène  moléculaire[5]. Toutefois, une partie des molécules de vitamine C utilisées peuvent être régénérées par  le corps pour être utilisées à nouveau, ce qui n’est pas le cas de l’hydrogène moléculaire[6]. D’autre part, l’hydrogène moléculaire peut réguler à la hausse de puissantes enzymes anti-oxydantes dans le corps[7], fournissant ainsi une protection supplémentaire[8], ce que la vitamine C ne peut pas faire. Fait intéressant, l’apport en vitamine C à des niveaux élevés peut effectivement empêcher cette régulation à la hausse[9].

En quoi les antioxydants des végétaux de notre alimentation sont-ils comparables à l’hydrogène moléculaire ?

• Tous les deux sont naturels à l’organisme[10].
• Les deux ne sont ni artificiels ni synthétiques.
• Les deux sont des clés potentielles à la longévité[11].
• Les deux promeuvent la santé et le bien-être.

En quoi l’hydrogène moléculaire est-il différent des antioxydants végétaux?

L’hydrogène moléculaire ne s’attaque qu’aux mauvais radicaux libres[12].
• L’hydrogène moléculaire ne laisse aucun déchet après neutralisation d’un radical libre.
• L’hydrogène moléculaire augmente également les systèmes antioxydants nos corps[5].
• L’hydrogène moléculaire agit également comme une molécule de signalisation, il possède ainsi un grand nombre de bénéfices supplémentaires[13].a
• L’hydrogène moléculaire est la plus petite molécule, elle peut facilement pénétrer dans les cellules[14] (Note: H2 ne pèse 2 g / mole par rapport à la vitamine C à 176,2 g / mol)[5] .
• L’hydrogène moléculaire n’a pas d’effets toxiques connus à des doses élevées[15].
• L’hydrogène moléculaire est facilement consommé sans calories supplémentaires.
kangen

Conclusion :

Avec ces similitudes et ces différences à l’esprit, nous pouvons voir que l’hydrogène moléculaire ne remplace pas les antioxydants des fruits et légumes, mais fonctionne vraiment en conjonction avec eux, tout en offrant des avantages supplémentaires.

 

REFERENCES

    1. Matarese, L. E., & Gottschlich, M. M. (1998). Contemporary nutrition support practice: a clinical guide. WB Saunders.
    2. Chen, Q., Espey, M. G., Sun, A. Y., Pooput, C., Kirk, K. L., Krishna, M. C., & Levine, M. (2008). Pharmacologic doses of ascorbate act as a prooxidant and decrease growth of aggressive tumor xenografts in mice. Proceedings of the National Academy of Sciences105(32), 11105-11109.
    3. Arrigoni, Oreste, and Mario C. De Tullio. « Ascorbic acid: much more than just an antioxidant. » Biochimica et Biophysica Acta (BBA)-General Subjects 1569, no. 1 (2002): 1-9.
    4. Murad, S., D. Grove, K. A. Lindberg, G. Reynolds, A. Sivarajah, and S. R. Pinnell. « Regulation of collagen synthesis by ascorbic acid. » Proceedings of the National Academy of Sciences 78, no. 5 (1981): 2879-2882.
    5. Harris, D. C. (2010). Quantitative chemical analysis. Macmillan.
    6. Washko, P. W., Wang, Y. A. O. H. U. I., & Levine, M. (1993). Ascorbic acid recycling in human neutrophils. Journal of Biological Chemistry268(21), 15531-15535.
    7. KAWAMURA, T., WAKABAYASHI, N., SHIGEMURA, N., HUANG, C. S., MASUTANI, K., TANAKA, Y., NODA, K., PENG, X., TAKAHASHI, T., BILLIAR, T. R., OKUMURA, M., TOYODA, Y., KENSLER, T. W. & NAKAO, A. (2013). Hydrogen gas reduces hyperoxic lung injury via the Nrf2 pathway in vivo. Am J Physiol Lung Cell Mol Physiol 304, L646-56.
    8. XIE, K., YU, Y., HOU, L., CHEN, H., HAN, H., XIONG, L. & WANG, G. (2012). Nrf2 is critical in the protective role of hydrogen gas against murine polymicrobial sepsis. British Journal of Anaesthesia 108, 538-539.
    9. Gomez-Cabrera, M. C., Domenech, E., & Viña, J. (2008). Moderate exercise is an antioxidant: upregulation of antioxidant genes by training. Free Radical Biology and Medicine44(2), 126-131.
    10. CHRISTL, S. U., MURGATROYD, P. R., GIBSON, G. R. & CUMMINGS, J. H. (1992). Production, metabolism, and excretion of hydrogen in the large intestine.Gastroenterology 102, 1269-77.
    11. ZHANG, J. Y., LIU, C., ZHOU, L., QU, K., WANG, R. T., TAI, M. H., LEI, J. C. W. L., WU, Q. F. & WANG, Z. X. (2012). A Review of Hydrogen as a New Medical Therapy. Hepato-Gastroenterology 59, 1026-1032.
    12. OHSAWA, I., ISHIKAWA, M., TAKAHASHI, K., WATANABE, M., NISHIMAKI, K., YAMAGATA, K., KATSURA, K., KATAYAMA, Y., ASOH, S. & OHTA, S. (2007). Hydrogen acts as a therapeutic antioxidant by selectively reducing cytotoxic oxygen radicals. Nat Med 13, 688-694.
    13. DIXON, B. J., TANG, J. & ZHANG, J. H. (2013). The evolution of molecular hydrogen: a noteworthy potential therapy with clinical significance. Med Gas Res3, 10.
    14. OHTA, S. (2011). Recent progress toward hydrogen medicine: potential of molecular hydrogen for preventive and therapeutic applications. Curr Pharm Des17, 2241-52.
    15. OHNO, K., ITO, M. & ICHIHARA, M. (2012). Molecular hydrogen as an emerging therapeutic medical gas for neurodegenerative and other diseases.Oxidative Medicine and Cellular Longevity 2012, 353152.

 

 

Notes de la Rédaction :

Pour tous ceux qui, habitués à ne prendre que de l’eau légèrement acide, auraient la moindre inquiétude au sujet du niveau élevé du pH de l’eau ionisée concentrée en hydrogène, il suffit d’ajouter quelques gouttes de jus de citron. Cela permettra à tous d’obtenir tous les effets neuro-protecteurs de l’hydrogène sans se soucier des problèmes potentiels de pH.

L'eau ionisée remplace-t-elle les antioxydants des fruits et légumes ?

Par Tyler LeBaron, Professor of Physiology, Brigham Young University–Idaho,  CEO/ President AquaSciences – Molecular Hydrogen Institute
http://www.molecularhydrogeninstitute.com/
Traduction Avi Labi

Beaucoup de personnes se demandent quelles sont les différences entre l’hydrogène moléculaire et les antioxydants présents dans les fruits et les légumes.

Cette question est un peu difficile parce que vous ne pouvez pas vraiment les comparer directement entre eux. C’est en effet un peu plus compliqué que cela. Vous ne pouvez pas éliminer l’hydrogène moléculaire et vous attendre à obtenir les mêmes avantages des seuls antioxydants contenus dans les aliments, et vous ne pouvez pas non plus simplement ingérer de l’hydrogène moléculaire et obtenir les avantages des antioxydants présents dans les aliments.

Certains des antioxydants contenus dans les aliments sont des nutriments essentiels[1], comme la vitamine C[2]. Cet antioxydant fait plus que neutraliser les radicaux libres[3]. Il joue également un rôle important dans de nombreux domaines comme la synthèse du collagène par exemple[4]. Nous ne devons pas tomber dans le piège de penser que la consommation de X quantité d’hydrogène moléculaire est équivalente à la consommation de X quantité d’aliments riches en antioxydants.

Qu’est-ce qui élimine le plus de radicaux libres : la vitamine C ou l’hydrogène moléculaire?

Sur la base de la stoechiométrie, une molécule de la vitamine C peut neutraliser théoriquement deux radicaux libres, ce qui est aussi le cas de l’hydrogène  moléculaire[5]. Toutefois, une partie des molécules de vitamine C utilisées peuvent être régénérées par  le corps pour être utilisées à nouveau, ce qui n’est pas le cas de l’hydrogène moléculaire[6]. D’autre part, l’hydrogène moléculaire peut réguler à la hausse de puissantes enzymes anti-oxydantes dans le corps[7], fournissant ainsi une protection supplémentaire[8], ce que la vitamine C ne peut pas faire. Fait intéressant, l’apport en vitamine C à des niveaux élevés peut effectivement empêcher cette régulation à la hausse[9].

En quoi les antioxydants des végétaux de notre alimentation sont-ils comparables à l’hydrogène moléculaire ?

• Tous les deux sont naturels à l’organisme[10].
• Les deux ne sont ni artificiels ni synthétiques.
• Les deux sont des clés potentielles à la longévité[11].
• Les deux promeuvent la santé et le bien-être.

En quoi l’hydrogène moléculaire est-il différent des antioxydants végétaux?

L’hydrogène moléculaire ne s’attaque qu’aux mauvais radicaux libres[12].
• L’hydrogène moléculaire ne laisse aucun déchet après neutralisation d’un radical libre.
• L’hydrogène moléculaire augmente également les systèmes antioxydants nos corps[5].
• L’hydrogène moléculaire agit également comme une molécule de signalisation, il possède ainsi un grand nombre de bénéfices supplémentaires[13].a
• L’hydrogène moléculaire est la plus petite molécule, elle peut facilement pénétrer dans les cellules[14] (Note: H2 ne pèse 2 g / mole par rapport à la vitamine C à 176,2 g / mol)[5] .
• L’hydrogène moléculaire n’a pas d’effets toxiques connus à des doses élevées[15].
• L’hydrogène moléculaire est facilement consommé sans calories supplémentaires.
kangen

Conclusion :

Avec ces similitudes et ces différences à l’esprit, nous pouvons voir que l’hydrogène moléculaire ne remplace pas les antioxydants des fruits et légumes, mais fonctionne vraiment en conjonction avec eux, tout en offrant des avantages supplémentaires.

 

REFERENCES

    1. Matarese, L. E., & Gottschlich, M. M. (1998). Contemporary nutrition support practice: a clinical guide. WB Saunders.
    2. Chen, Q., Espey, M. G., Sun, A. Y., Pooput, C., Kirk, K. L., Krishna, M. C., & Levine, M. (2008). Pharmacologic doses of ascorbate act as a prooxidant and decrease growth of aggressive tumor xenografts in mice. Proceedings of the National Academy of Sciences105(32), 11105-11109.
    3. Arrigoni, Oreste, and Mario C. De Tullio. « Ascorbic acid: much more than just an antioxidant. » Biochimica et Biophysica Acta (BBA)-General Subjects 1569, no. 1 (2002): 1-9.
    4. Murad, S., D. Grove, K. A. Lindberg, G. Reynolds, A. Sivarajah, and S. R. Pinnell. « Regulation of collagen synthesis by ascorbic acid. » Proceedings of the National Academy of Sciences 78, no. 5 (1981): 2879-2882.
    5. Harris, D. C. (2010). Quantitative chemical analysis. Macmillan.
    6. Washko, P. W., Wang, Y. A. O. H. U. I., & Levine, M. (1993). Ascorbic acid recycling in human neutrophils. Journal of Biological Chemistry268(21), 15531-15535.
    7. KAWAMURA, T., WAKABAYASHI, N., SHIGEMURA, N., HUANG, C. S., MASUTANI, K., TANAKA, Y., NODA, K., PENG, X., TAKAHASHI, T., BILLIAR, T. R., OKUMURA, M., TOYODA, Y., KENSLER, T. W. & NAKAO, A. (2013). Hydrogen gas reduces hyperoxic lung injury via the Nrf2 pathway in vivo. Am J Physiol Lung Cell Mol Physiol 304, L646-56.
    8. XIE, K., YU, Y., HOU, L., CHEN, H., HAN, H., XIONG, L. & WANG, G. (2012). Nrf2 is critical in the protective role of hydrogen gas against murine polymicrobial sepsis. British Journal of Anaesthesia 108, 538-539.
    9. Gomez-Cabrera, M. C., Domenech, E., & Viña, J. (2008). Moderate exercise is an antioxidant: upregulation of antioxidant genes by training. Free Radical Biology and Medicine44(2), 126-131.
    10. CHRISTL, S. U., MURGATROYD, P. R., GIBSON, G. R. & CUMMINGS, J. H. (1992). Production, metabolism, and excretion of hydrogen in the large intestine.Gastroenterology 102, 1269-77.
    11. ZHANG, J. Y., LIU, C., ZHOU, L., QU, K., WANG, R. T., TAI, M. H., LEI, J. C. W. L., WU, Q. F. & WANG, Z. X. (2012). A Review of Hydrogen as a New Medical Therapy. Hepato-Gastroenterology 59, 1026-1032.
    12. OHSAWA, I., ISHIKAWA, M., TAKAHASHI, K., WATANABE, M., NISHIMAKI, K., YAMAGATA, K., KATSURA, K., KATAYAMA, Y., ASOH, S. & OHTA, S. (2007). Hydrogen acts as a therapeutic antioxidant by selectively reducing cytotoxic oxygen radicals. Nat Med 13, 688-694.
    13. DIXON, B. J., TANG, J. & ZHANG, J. H. (2013). The evolution of molecular hydrogen: a noteworthy potential therapy with clinical significance. Med Gas Res3, 10.
    14. OHTA, S. (2011). Recent progress toward hydrogen medicine: potential of molecular hydrogen for preventive and therapeutic applications. Curr Pharm Des17, 2241-52.
    15. OHNO, K., ITO, M. & ICHIHARA, M. (2012). Molecular hydrogen as an emerging therapeutic medical gas for neurodegenerative and other diseases.Oxidative Medicine and Cellular Longevity 2012, 353152.

 

 

Notes de la Rédaction :

Pour tous ceux qui, habitués à ne prendre que de l’eau légèrement acide, auraient la moindre inquiétude au sujet du niveau élevé du pH de l’eau ionisée concentrée en hydrogène, il suffit d’ajouter quelques gouttes de jus de citron. Cela permettra à tous d’obtenir tous les effets neuro-protecteurs de l’hydrogène sans se soucier des problèmes potentiels de pH.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *