Quels sont les effets secondaires de l’eau Kangen ?

Eau Hydrogénée

Quels sont les effets secondaires de l’eau Kangen ?

 

La question de savoir si l’eau hydrogénée, en particulier l’eau Kangen, qui est aujourd’hui la plus puissamment hydrogénée, a ou non des effets secondaires est l’une des questions les plus fréquemment posées, mais aussi l’une des réponses les plus importantes à connaître. Malheureusement, nous ne savons pas encore clairement quels sont les effets secondaires de l’eau d’hydrogène. La recherche sur cette question faisait partie d’un chapitre de livre que j’ai récemment écrit (et qui sera bientôt publié) pour un grand éditeur. Pour ce projet, j’ai répertorié tous les effets secondaires potentiels de l’eau hydrogénée, ainsi que son profil de sécurité. Dans le cadre de cet article, je vais fournir quelques rapports anecdotiques qui n’ont pas été publiés dans la littérature scientifique, afin de tenter d’étudier correctement la réponse à cette question essentielle.
.

Effets secondaires signalés de l’eau hydrogénée

Lorsque j’ai terminé la rédaction du chapitre du livre en mars 2019, il y avait 79 publications humaines qui utilisaient l’hydrogénothérapie moléculaire, dans lesquelles un total de 1676 participants étaient impliqués. Depuis, plusieurs autres essais cliniques ont été publiés sans qu’aucun autre effet indésirable n’ait été signalé. Au total, neuf événements indésirables potentiels ont été enregistrés chez un total de sept participants. Le seul événement indésirable qui a été rapporté chez plus d’un participant est une selle molle/diarrhée, quatre participants ayant signalé des événements à une fréquence de 0,2 % dans les recherches cliniques publiées. Un autre effet indésirable similaire a été signalé, à savoir une augmentation de la fréquence des selles. Il est important de noter que quatre de ces cinq événements ont été rapportés dans un seul essai portant sur seulement 20 participants, dans lequel une tige de magnésium a été utilisée. La littérature fait état de la quasi-absence de magnésium dans l’eau, ce qui peut être exact ou non.

L’augmentation de l’hydrogène expiré a été liée au syndrome du côlon irritable.1 L’intolérance au lactose est en fait le résultat du passage du lactose dans l’intestin grêle, où il est consommé par des bactéries, ce qui entraîne une production excessive d’hydrogène gazeux.2 Ce surplus de gaz provoque alors des malaises, des diarrhées et des ballonnements.2 La compréhension de la relation entre la production endogène de gaz hydrogène chez les individus et les effets thérapeutiques de la consommation de gaz hydrogène exogène peut être un facteur important pour déterminer les répondeurs et les non-répondeurs, ce qui signifie que certaines personnes bénéficieront d’une intervention alors que d’autres non. Cela est vrai pour pratiquement toutes les interventions dont l’efficacité a été démontrée. Il s’agit d’un paradoxe potentiel, car l’hydrogénothérapie a donné des résultats bénéfiques dans divers modèles de maladies inflammatoires de l’intestin3, 4 et de colite ulcéreuse5, et l’augmentation de la production endogène d’hydrogène moléculaire par des médicaments tels que l’acarbose s’est également avérée efficace dans des modèles précliniques de colite ulcéreuse6.

Dans un seul cas rapporté chez un patient diabétique, la consommation d’eau hydrogénée a entraîné une hypoglycémie, c’est-à-dire une baisse de la glycémie. Ce problème a été résolu chez le patient en abaissant son taux d’insuline, ce qui constitue un avantage objectif et non un effet secondaire. Cela n’est pas surprenant, car les premières recherches cliniques ont montré que l’hydrogénothérapie permettait de réduire le taux d’insuline chez les participants en surpoids.7 Il a été démontré que les comprimés d’hydrogène Drink HRW amélioraient la sensibilité à l’insuline chez les participants atteints de stéatose hépatique non alcoolique. De plus, il a été démontré que l’eau hydrogénée améliore le syndrome métabolique, un état prédiabétique, dans plusieurs essais cliniques, y compris un essai de 60 participants, 24 semaines, en double aveugle, contrôlé par placebo, utilisant nos comprimés d’hydrogène, qui a vu une amélioration significative de 18 des 20 résultats mesurés.

Un autre rapport unique a fait état de brûlures d’estomac potentielles dans le même essai qui a vu quatre des cinq problèmes liés aux troubles gastro-intestinaux. Il est très peu probable que ce problème soit lié à l’hydrogène gazeux, car il a été démontré que l’eau hydrogénée améliore les résultats du reflux gastro-œsophagien (RGO) dans un essai contrôlé par placebo impliquant 84 participants pendant 3 mois8, les brûlures d’estomac étant un symptôme important du RGO. De plus, aucun effet indésirable n’a été signalé et des améliorations significatives ont été constatées. De plus, si les données sur le magnésium dans l’étude ouverte sur le syndrome métabolique étaient incorrectes, cela diminue encore la probabilité que l’intervention de l’eau hydrogénée ait entraîné des brûlures d’estomac, car le magnésium est un traitement pour les brûlures d’estomac.

Un seul rapport d’effets secondaires concernait une défaillance cardiaque chez un patient soumis à une hydrogénothérapie. Toutefois, il convient de noter que cet essai portait sur l’utilisation de l’hydrogénothérapie, via une solution saline hydrogénée intraveineuse, chez des patients hospitalisés qui se remettaient d’un accident vasculaire cérébral ischémique aigu.9 Un arrêt cardiaque peut survenir immédiatement après un accident vasculaire cérébral ischémique en raison de la mort des myocytes cardiaques et neuraux dans le cerveau post-ischémique.10 En fait, selon les données recueillies auprès de 9019 patients ayant subi un accident vasculaire cérébral ischémique aigu, 352 d’entre eux ont subi un arrêt cardiaque, soit un taux de 3,9 %. Dans un essai utilisant le traitement intraveineux par solution saline hydrogénée avec 38 patients inscrits, statistiquement, on s’attendait à ce qu’un ou deux des participants (1 482 participants, soit 3,9 % de 38) subissent un arrêt cardiaque. Par conséquent, ces résultats ne permettent pas de conclure que l’hydrogénothérapie a provoqué l’arrêt cardiaque.

Un autre rapport publié dans le cadre de l’étude ouverte sur le syndrome métabolique, qui a enregistré la plupart des effets indésirables, fait état d’un seul cas de maux de tête. En particulier, sur les neuf effets indésirables signalés dans les 79 essais et les 1676 participants (maintenant 86 essais et près de 2000 participants), six d’entre eux provenaient d’une seule étude avec 20 participants. Ce rapport sur les maux de tête ne me surprend pas vraiment. Ce qui me surprend, c’est qu’il n’y ait pas plus de maux de tête signalés.

Nous tenons une liste des effets indésirables potentiels signalés et, bien qu’ils soient très peu nombreux, les maux de tête sont les effets secondaires les plus fréquemment signalés. Nous avons entendu parler à plusieurs reprises (environ 10 fois sur des centaines de milliers de bouteilles vendues) de maux de tête intenses après la consommation d’eau hydrogénée. Dans chaque cas, il s’agissait d’un nouveau client, et le mal de tête était signalé comme survenant après la première utilisation de l’eau hydrogénée. De plus, dans chaque cas rapporté, l’utilisation ultérieure a vu ce problème disparaître (après deux ou trois fois la consommation d’eau hydrogénée à haute dose). Nous avons également entendu cela de manière anecdotique de la part de quelques autres entreprises qui fournissent des concentrations relativement élevées d’eau hydrogénée. C’est un élément à prendre en considération et ce n’est pas impossible si l’on considère les preuves que l’hydrogénothérapie a la capacité d’affecter de nombreuses fonctions neurologiques dans divers modèles de maladies neurologiques ou d’augmenter la vigilance après une privation de sommeil.

Si une molécule joue un rôle physiologique, il est possible qu’elle ait des effets tant bénéfiques que délétères. À ce jour, l’hydrogénothérapie a donné des résultats extrêmement positifs, avec peu ou pas de conséquences négatives. Toutefois, cela ne signifie pas que c’est toujours le cas chez tous les participants.

Le dernier événement indésirable signalé concernait des patients atteints d’un cancer de stade III ou IV. La publication mentionnait des « événements mineurs » qui se sont « spontanément résolus », sans préciser la nature exacte de ces événements ni le nombre de participants chez qui ils se sont produits.11 Malgré l’ambiguïté, c’est le domaine des événements indésirables signalés qui m’intéresse le plus. Un article sur les hypothèses fait état de plusieurs préoccupations concernant l’hydrogénothérapie, impliquant des risques et des avantages liés à la ghréline induite par l’hydrogène. Par exemple, l’hydrogène pourrait augmenter l’excrétion de ghréline, ce qui pourrait accroître le risque de cancer.12 Cependant, aucun effet indésirable dû à ce lien hypothétique n’a été signalé chez les humains ou les modèles animaux, et les données actuelles indiquent que l’hydrogène est un traitement adjuvant potentiellement bénéfique pour divers modèles de cancer. Ces preuves actuelles peuvent se compliquer, comme dans une étude de cas où l’hydrogénothérapie a démontré une pseudo-progression suivie d’une rémission,13 similaire au traitement PD-1.14 Nous avons observé une réponse biphasique avec l’hydrogène moléculaire dans un modèle d’exercice, où le stress oxydatif était fortement augmenté pendant l’exercice, suivi d’une diminution agressive conduisant à un redox harmonieux.15 Ce phénomène a peut-être aussi été observé lors d’un court essai d’inhalation d’hydrogène dans le traitement de la maladie de Parkinson, au cours duquel le stress oxydatif a augmenté.16 Tyler W. LeBaron, spécialiste reconnu de l’hydrogénothérapie, a beaucoup écrit sur ce sujet et a proposé que l’hydrogène fonctionne comme un adaptogène redox et favorise une hormèse bénéfique.17

De plus, en discutant des protocoles pour notre projet de groupe collaboratif en cours, il soupçonne que l’hydrogénothérapie pourrait être soit bénéfique, soit délétère pour certains modèles de cancer, car l’H2 a des effets bénéfiques sur le métabolisme. Après avoir discuté avec lui de certaines données enregistrées mais non encore publiées en Asie, j’ai eu l’impression que l’hydrogénothérapie à forte dose pourrait permettre de diminuer la progression du cancer, alors que l’hydrogénothérapie à faible dose pourrait en fait accélérer la progression.

Une chose est sûre : Nous devons approfondir la recherche et exploiter à fond le marché des consommateurs pour obtenir les informations dont nous avons tant besoin. C’est l’une des principales raisons pour lesquelles j’ai créé myjourney.science, un projet à but non lucratif qui, je l’espère, sera opérationnel et recueillera des données à partir de l’année 2021.
.

Sécurité de l’hydrogène moléculaire

En l’absence de données sur les effets indésirables, la question devient : « Que savons-nous de la sécurité de l’hydrogène moléculaire et des effets secondaires de l’eau hydrogénée ? » La réponse est, en bref, « assez ». L’hydrogène moléculaire est couramment utilisé pour la plongée en eaux profondes car il est beaucoup moins narcotique que l’azote gazeux ou même l’hélium gazeux. Les données relatives à la plongée en mer mixte ont révélé que l’hydrogène est très bien toléré par l’organisme, tandis que la narcose à l’hydrogène ne se produit qu’à des niveaux de pression élevés.18 Fort heureusement, même en cas de narcose à l’hydrogène, il a été observé que les mélanges contenant de l’hydrogène peuvent supprimer les symptômes neurologiques liés à la haute pression.19 Il est important de noter que la dose d’hydrogène nécessaire sous pression pour présenter des signes de narcose est nettement supérieure à la dose que toute méthode commerciale (par exemple, par inhalation ou par dissolution dans l’eau) pourrait administrer aux consommateurs, même dans les circonstances les plus extrêmes. Ainsi, la narcose à l’hydrogène (qui ne présente aucun dommage, toxicité ou effet secondaire à long terme connu) est relativement peu préoccupante.

Enfin, les humains produisent jusqu’à 12 litres d’hydrogène moléculaire par jour par la décomposition bactérienne des glucides dans notre tube digestif20, de sorte que les volumes relativement faibles de supplémentation exogène devraient avoir un profil de sécurité très élevé, ce qui a été démontré jusqu’à présent.
.

Contre-indications de l’eau hydrogénée

Il n’existe actuellement aucune contre-indication connue de l’hydrogène moléculaire concernant les médicaments prescrits, les suppléments ou les modèles de maladies spécifiques. Des essais de plus grande envergure sont nécessaires pour déterminer si l’hydrogène moléculaire présente des contre-indications dans des populations spécifiques ou lorsqu’il est administré avec des médicaments prescrits. Aucune contre-indication n’a été identifiée jusqu’à présent.
.
.

Conclusion sur les effets secondaires de l’eau hydrogénée

À l’heure actuelle, l’hydrogène moléculaire semble avoir un profil de sécurité incroyablement élevé, bien que de nouvelles informations puissent changer cette perspective.
Bien sûr, de nouveaux essais de plus grande envergure sont nécessaires pour confirmer ou clarifier les informations existantes ; mais vous pouvez sans craintes utiliser un ioniseur d’eau hydrogénée.

.
Alex Tarnava
.
.

.
En savoir plus :

Eau Kangen Hydrogénée bonne ou mauvaise. Où est la vérité ?


.
.

Sources :

1 http://www.jnmjournal.org/journal/view.html?doi=10.5056/jnm.2010.16.3.299

2 https://www.health.harvard.edu/a_to_z/lactose-intolerance-a-to-z

3 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/19486890/

4 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5330822/

5 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/23773716/#:~:text=Treatment%20with%20hydrogen%2Drich%20saline,be%20inhibited%20by%20hydrogen%20treatment

6 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC3847430/

7 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/28560519/

8 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5908129/

9 https://medicalgasresearch.biomedcentral.com/articles/10.1186/2045-9912-3-13

10 https://cnjournal.biomedcentral.com/articles/10.1186/s41016-016-0056-1

11 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6779007/

12 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/25649854/

13 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6804672/

14 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/31011768/

15 https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0891584918311432?via%3Dihub

16 https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC6352570/

17 https://pubmed.ncbi.nlm.nih.gov/30970215/

18 https://journals.physiology.org/doi/abs/10.1152/jappl.1994.76.3.1113

19 https://journals.physiology.org/doi/pdf/10.1152/physiologyonline.1988.3.2.72

20 https://www.hindawi.com/journals/omcl/2012/353152/

21 https://www.tandfonline.com/doi/full/10.1586/14737175.2014.915745

 


Augmentez vos Succès Kangen en ligne !

Pré-inscrivez-vous
 

{"email":"Address Email invalide","url":"Adresse du site invalide","required":"Champ manquant"}

Visitez LA boutique OFFICIELLE KANGEN

>